Le CLES célèbre 20 ans de générosité gratuite et inconditionnelle dans le domaine des troubles spécifiques des apprentissages

Plus de 120 personnes, membres de l’équipe et du conseil d’administration du Centre libanais pour l’éducation spécialisée (CLES), ainsi que des spécialistes en éducation et troubles des apprentissages venus de Belgique et des membres du NDI (National Dance Institute of New York) ont célébré le samedi 5 octobre 2019, entre Kefraya et Ammiq (Béqaa), les 20 ans d’espoir, de générosité et de succès réalisés par le CLES.

Les graines du CLES ont germé et bourgeonné. Aujourd’hui, des milliers d’enfants, d’adolescents et de jeunes en portent les fruits. Elles ont ainsi rendu l’espoir à beaucoup de parents dont les enfants ont des troubles spécifiques des apprentissages, sur tout le territoire libanais.

Une graine d’espoir

C’est dans cette perspective que les personnes en charge du CLES et, à leur tête, la fondatrice Madame Carmen Chahine Debbane, ont voulu célébrer leur anniversaire. Par un travail assidu qui a commencé comme une petite graine que l’on plante et qui grâce à beaucoup d’amour germe et se développe, l’association s’est étendue sur le territoire de tout le pays. C’est ainsi que le choix de la célébration s’est tourné vers le plus noble et le plus ancien des métiers, celui de l’agriculture et de la plantation dans la région de Kefraya dans la Béqaa.

Par conséquent, 20 endroits ont été choisis afin d’y semer des graines de pins à l’occasion des 20 ans de travail gratuit et inconditionnel du CLES. La plantation a été menée en collaboration avec l’Université Américaine de Beyrouth (AUB), dans le cadre de l’initiative « Les graines de l’espoir » (The Seeds of Hope).

 

Comprendre son enfant

Durant la cérémonie, une plateforme digitale « Comprendre son enfant » (Understanding Your Child) a été lancée en collaboration avec l’organisation « Apprentissage alternatif libanais » (Lebanese Alternative Learning). Cette plateforme interactive permet aux parents des enfants souffrant de troubles spécifiques des apprentissages de poser des questions et d’obtenir des réponses. Elle vise, en partant du niveau de compréhension des parents du cas de leur enfant, à les aider à mieux le comprendre, en explique les détails, les manières de le diagnostiquer, de vivre avec et comment demander de l’aide.

La plateforme présente les troubles spécifiques des apprentissages suivants :

La dyslexie

La dysphasie

La dyscalculie

La dyspraxie

Le déficit de l’attention

La dysorthographie

https://cles.org/parents/fr

 

L’activité était empreinte de joie, d’optimisme et de fierté de toutes ces années qui sont passées non sans difficultés, à travailler sur un terrain encore en friche, où un grand nombre d’enfants avait besoin d’orientation et de diagnostic et dont les parents ne savaient ni où aller ni vers qui se tourner. 

Les festivités se sont étalées de 9 heures à 17 heures et demie. Le groupe de participants a quitté Beyrouth à 9 heures, et s’est arrêté pour la première fois à Kefraya à 11 heures, afin de semer « les graines de l’espoir ».

Les festivités comprenaient aussi une visite de la région de Ammiq, époustouflante par sa nature et son panorama, suivie par un déjeuner champêtre joyeux, avant de reprendre le chemin de retour vers Beyrouth.

Et Madame Debbane de dire : « Il y a 20 ans, nous avons décidé au CLES de faire face aux troubles des apprentissages, et d’être tous, équipes de travail, direction et amis, au service de ces enfants et de leurs parents, afin de progresser sur le chemin de l’éducation et de l’apprentissage vers un avenir meilleur. Rien ne pourrait entraver notre volonté de relever ce défi. En effet, nous enjambons les obstacles et affrontons les pressions afin de libérer les enfants des troubles des apprentissages».

Il y a 20 ans, Carmen Chahine Debbane avait décidé de prendre en charge ces problèmes en fondant le Centre libanais pour l’éducation spécialisée (CLES), qui joue un rôle majeur dans ce domaine. A l’époque, au Liban, très peu d’attention était prêtée aux troubles spécifiques des apprentissages, à cause du manque de sensibilisation. Cependant, les efforts assidus de tous les collaborateurs de la « famille » CLES ont largement contribué au changement de cette réalité.